Faire l’économie de la haine. Essais sur la censure. Alain Deneault.

Faire l’économie de la haine. Essais sur la censure. Alain Deneault éd. : écosociété.

Auteur, philosophe, découvert totalement par hasard à la suite d’une interview paru sur le site de Médiapart[1]. Je suis très contente d’avoir lu ces essais.

La censure, l’auto-censure

Tout d’abord, beaucoup de choses à dire sur ce livre après la lecture de celui-ci. Le thème central du livre est la censure. Au fil de la lecture des essais, on se rend compte que la plupart des personnes se censurent elle-même. Au final, cela arrange bien les puissants au pouvoir.

Multinationales pétrolières et minières

Il développe aussi la puissance des multinationales, notamment pétrolières et minières, j’ai vraiment le sentiment que les multinationales sont équivalentes à des états voire se sentent supérieures. Elles [les multinationales pétrolières et minières] tiennent un discours empreint d’un racisme postcolonial (se reporter dans le livre à l’essai sur Le génocide industriel) qui infantilise les locaux sur place en se faisant passer pour des sauveurs… Il revient également sur leur possibilité d’employer des mercenaires pour parvenir à leur fin, en particulier, l’accès au contrôle des ressources. De manière générale, le thème des multinationales basées sur des ressources est très présent dans le travail de cet auteur.

Expertise, idéologie

J’aimerai revenir sur un passage du livre qui m’a interpellé et qui est le suivant :

« […] les conditions historiques et sociales qui déterminent la pensée »

Alain Deneault, en parlant de la démarche de Horkheimer.

En discutant avec différentes personnes sur des questions d’ordre politique par exemple, j’ai remarqué que les gens ont des réponses toutes faites même en se déclarant comme non spécialiste du sujet. Cela me renvoie quelque part à une forme de censure voire même d’auto-censure puisque les personnes partent du principe qu’elles sont moins légitimes à se prononcer sur un sujet comparé aux experts.

Par exemple, lors d’une discussion autour de thèmes assez classiques tels que les aides sociales ou les chômeurs en France, les premières réponses données concernent finalement la fraude, le manque de volonté de s’en sortir, l’assistanat etc. Exit la réflexion sur le déterminisme social ou la reproduction des classes sociales, pas de mention du pourcentage du nombre de gens qui fraudent, des gens qui ne demandent pas d’aide par peur du jugement (être perçu.e comme un.e profiteuse.eur) ou qui ne sont pas au courant, on oublie aussi la fraude fiscale etc. Au final, l’idéologie hégémonique n’est jamais très loin.

Des réponses assez similaires sont entendues lorsqu’on aborde la question de la démocratie en France. Cela se résume à mettre des gens compétents (je ne sais pas qui les juge compétent personnellement) au pouvoir élus de façon démocratique par le peuple une fois tous les 5 ans. Donc elles/ils sont les représentants du peuple. Mais représentent-elles/ils vraiment les intérêts du peuple ?

Pour finir une citation

Je ne peux pas citer tout mais je vais mettre un petit extrait de qu’entendre par « du pain et des jeux » pour terminer :

« Les puissants du jour y commanditent les adages qu’ils souhaitent promouvoir. Ce seront de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui, le militarisme et l’eugénisme, l’esprit d’obéissance et le darwinisme social, le nationalisme et le racisme, le culte de la performance et le dépassement de soi, la réussite individuelle et la monétarisation du succès. Toujours sur la toile de fond du patriarcat. »

qu’entendre par « du pain et des jeux » , dans Faire l’économie de la Haine de Alain Deneault

Aux lecteur.rice.s intéressé.e.s :

Je conseille ce livre à ceux qui ont le goût des lectures philosophiques et qui souhaitent découvrir d’autres façons d’observer le monde, d’autres concepts. La lecture de ce livre philosophique m’a donné envie de lire d’autres livres de cet auteur : celui sur la médiocratie, un autre sur les paradis fiscaux et un dernier sur l’industrie minière ou pétrolière.

Pour en savoir plus sur l’auteur :

  • Interview d’Alain Deneault avec Thinkerview sur YouTube (ici)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.